Les expositions

Les expositions du CIP vous présentent le meilleur photojournalisme du passé et du présent. Elles se tiennent plusieurs fois par an à Perpignan, en partenariat avec des collectionneurs, des agences photo ou des photographes indépendants, et s’ajoutent aux expositions du festival Visa pour l’Image. Vous pouvez visionner ici une présentation interactive de plusieurs d’entre elles, et retrouver sur la base de données du CIP l’ensemble des photographies exposées.

Jacques Grison. Devant Verdun. Permanence de l'Invisible, l'Indicible, l'Irréparable 1918-2018

Il y a dans le travail de Jacques Grison un legs et un projet. Ce qu’il voit et ressent en parcourant les champs de bataille le fait traverser des temps indissolublement accolés, celui d’une histoire dévastatrice, invisible et présente et cet autre venu de l’enfance, de jeux partagés avec d’autres enfants, cherchant dans la terre quelques trésors d’abord connus comme des trouvailles avant de devenir des reliques, des signes de vie ramenant à la mémoire les rares récits de son grand-père maternel revenu de l’horreur sans pouvoir jamais s’en détacher, sans pouvoir jamais trouver la paix. Comment transmettre cela, ce silence qui pénètre davantage que le plus grand froid, ces « paysages avec figures absentes » * paysages post-mortem plus habités qu’un secret, paysages où tout semble faire signe et trace?
Comment faire cela et dire la construction de soi, une terrible proximité étrange et familière, le singulier d’un être, son enracinement et son espérance accrochés aux majuscules de l’Histoire ? Comment le dire sans faillir, comme le ferait un témoin intempestif qui croirait porter une vérité, hausserait le ton et détonnerait, tombant sans décence dans l’esthétisation et le pathos ?
Jacques Grison ne s’y trompe pas. Ce qu’il possède, s’il doit le transmettre, apparaîtra dans son temps, mêlant diachronie et rémanence, tressant un récit hors des romans nationaux, des héroïsations et des célébrations. L’exercice de distanciation propre à la dramaturgie brechtienne sera ici accompli pour nous donner à voir et à percevoir.
Quoi ?
L’invisible,
l’indicible,
l’irréparable.
Ils seront les composants de ce paysage de soi et d’un être collectif, de ce pays-visage de gueules cassées, d’une masse ossifiée retenue dans une architecture de sacre ou fondue dans un humus- humanus nourrissant un paysage d’après guerre. À Nagasaki, Matsumoto Elichi a pris une photogra-phie saisissante dans les décombres d’une base militaire, après l’explosion atomique : les corps ont disparu, mais l’ombre fantomatique d’une échelle est restée, fixée sur un mur ; trace de la trace. Jacques Grison porte une ombre et la vit. […]

Au coeur de Mai 68

Vu par Bruno Barbey
Présenté par Philippe Tesson

Une guerre sans nom, 1954-1962 Algérie

Exposition "Une guerre sans nom, 1954-1962 Algérie"
Centre International du Photojournalisme
Couvent des Minimes - Rue François Rabelais - 66000 Perpignan
Entrée gratuite du mardi au dimanche de 11h à 17h30

Se poser la question de comment a été photographiée la guerre d'Algérie - et sur ce point il y a une masse considérable de photos - revient souvent à faire ressurgir une mémoire, à établir une disproportion entre les photos d'amateurs, celles des professionnels, celles de l'armée française comme celles plus rares de l'ALN (Armée de Libération Nationale), à définir enfin le déséquilibre de la représentation des Français d'Algérie et des militaires d'un côté et les Algériens de l'autre côté. Nous en sommes bien conscients.

Une exposition présentée au Centre International du Photojournalisme et au Mémorial du Camp de Rivesaltes, porte le titre : une Guerre sans nom, 1954 - Algérie - 1962.

Jean-Jacques Jordi.

Découvrez la visite virtuelle

Frontières

Résidence 2017
Pour la deuxième année consécutive, le Centre International de Photojournalisme accueillait, un photojournaliste en résidence.
Après Claire Allard en 2016, c’est Jc Milhet qui fut choisi en début d’été 2017 pour assurer la résidence de deux mois, en octobre et novembre dernier - résidence partagée entre pédagogie et création d’un photoreportage.

C’est ainsi que près de 250 élèves de 11 classes de 8 établissements, du CE1 à la Terminale, ont travaillé avec le photojournaliste sur des projets, adaptés à leur niveau d’étude, ayant tous une même thématique : Frontières.

Exposition
Ces travaux seront exposés du 30 janvier au 31 mars 2018 au Centre International du Photojournalisme, Couvent des Minimes, à Perpignan. 55 images composant 5 photoreportages seront accrochées sur les murs du C.I.P. en lieu et place de l’exposition permanente et 126 portraits d’enfants recouvriront le parvis du Couvent des Minimes, à l’entrée du Centre International du Photojournalisme.

Exposition du 30 janvier au 31 mars 2018
Centre International du Photojournalisme
Couvent des Minimes - 24, rue Rabelais
Entrée gratuite du lundi au vendredi de 11h à 17h30

Voir la visite virtuelle

1917 la révolution qui a changé le monde

Exposition au Couvent des Minimes du 17 octobre au 17 décembre.
Ouvert du mardi au dimanche de 11h à 17h30.

La révolution russe a changé le monde, elle a aussi changé la manière de voir le monde. L'Union soviétique a produit une esthétique unique : révolution politique, révolution sociale, révolution graphique ont été de pair. Et la photographie a pris une grande place dans cet élan révolutionnaire. Produire des images pour défendre des idées a été le mot d'ordre des cinéastes et des photographes qui ont épousé les thèses des bolcheviks, ce qu'Alexandre Rodchenko appelait le changement de point de vue. La vision classique de la révolution russe et de la naissance de l’Union soviétique a été fournie clé en mains par les agences de propagande russes où travaillait les meilleurs photographes Max Alpert ou Yvan Chaguine et les meilleurs graphistes comme Klucis ou El Lissitsky. Ils ont produit les plus belles revues et les plus beaux livres. Mais la beauté formelle de ce travail cachait aussi des falsifications, des trucages, et la disparition de beaucoup d’acteurs de la révolution qui disparurent y compris de la mémoire photographique. [...]

Découvrez la visite virtuelle

L'Espagne déchirée 1936-1939

Un panorama de la Guerre d’Espagne (1936-1939), qui fit 500.000 morts. Cette exposition est présentée au Couvent des Minimes de Perpignan et au Mémorial du Camp de Rivesaltes du 17 mars au 17 mai 2017.

Voir l''expo commentée

Sur les rives houleuses de la mer Caspienne

Sur les rives houleuses de la mer Caspienne est un voyage photographique de Stanley Greene. Le grand photographe américain, qui a repoussé les frontières picturales de la guerre, retrace ici ses souvenirs en replongeant pour la première fois dans ses archives personnelles. Vingt ans de voyage, des images inédites de l’Iran, de l’Azerbaïdjan, du Kazakhstan, de la Russie et du Turkménistan. De la couleur et du noir et blanc. Des images de conflits oubliés aux cicatrices des guerres fantômes, il expose la beauté crue de son œil libéré des contraintes éditoriales.

Voir toutes les photos

Jesse A. Fernandez

Jesse A. Fernandez (1925-1986) a couvert la fin du régime de Batista puis, aux côtés de Fidel Castro, les débuts de la Révolution cubaine, avant de déchanter et de fuir son pays. Dégoûté du photojournalisme par cette expérience, il se consacra ensuite presque exclusivement à la peinture. Mais il est aussi l'auteur d'une série de portraits des grands artistes et écrivains du XXème Siècle.

Voir l'expo commentée

Conditions de location des expositions

Certaines expositions du CIP sont disponibles à la location sous réserve que l’organisme intéressé en acquitte les frais de location, de transport et d’assurance.

Pour plus d’informations sur les expositions proposées à la location, leurs auteurs et leurs disponibilités merci de contacter le CIP.

Si vous désirez être tenu au courant des nouvelles expositions, abonnez-vous à la newsletter.

Catalogue des expositions

Jesse A. Fernandez – Tours et détours de la Révolution Cubaine

69 tirages nbl – formats 50 x 60 cm et 80 x 120 cm
Auteur : Jesse A. Fernandez

Sur les rives houleuses de la mer Caspienne
100 tirages couleur et nbl – formats 50 x 60 cm et 80 x 120 cm
Auteur : Stanley Greene

L’Espagne déchirée 1936-1939
100 tirages nbl – formats 50 x 60 cm et 80 x 120 cm
Auteurs : AFP, collection Michel Lefebvre, Archivo Fotográfico Guerra Civil-Fondo Documental Mario Blanco Fuentes, Collection BDIC, Université Libre de Bruxelles